• Virtuellement vôtre

    Après avoir tenté, en vain, un teasing digne de ce nom, voici venu le moment d'alimenter votre curiosité.

    Comme je l'évoquais ici, je me suis inscrite sur un site de rencontre en décembre dernier.

     

    Aujourd'hui voilà l'heure du bilan.

     

    Tout d'abord un constat : la majorité des sites sont payants, même Meetic où désormais les femmes n'ont plus la possibilité de dialoguer par messagerie sans raquer.

    Il n'est donc plus permis d'être célibataire et fauchée. C'est l'un ou l'autre. Au choix.

    Mais moi je ne contrarie pas mon banquier : j'évite de dépenser en futilité. Et après tout, un homme reste du superflu. Il était donc exclu qu'il me coûte un bras avant même qu'il entre dans ma vie. Après oui, je veux bien. Mais seulement s'il le mérite, hein.

     

    Donc je me suis orientée vers un des trop rares sites gratuits. Autant dire que là bas c'est un peu la foire à la saucisse. Sans mauvais jeu de mots bien sûr.

    Large choix de produits : du moche, du beau, du pas cher, du pas très frais, du salace, du frustré, du pas compliqué... De quoi faire son marché.

     

    J'ai longuement hésité à mettre ma photo. Sous prétexte que je veux quelqu'un qui s'intéresse à ma richesse intérieure. Mais en même temps j'ai pas envie de me coltiner tous les grands timides, moches ou désabusés.

    Je me suis alors lancée, j'ai mis ma plus belle tête de vainqueur sur le site.

     

    Force est de constater que le cyber homme est drôlement acharné car ça ne l'a pas découragé, au contraire. J'ai eu du message en veux-tu, en voilà.

    J'ai même eu du message n'en veux-tu plus, en voilà quand même.

     

    J'ai mis toutes mes qualités en exergue pour décripter le wesh wesh, le romantique à tendance niaise, le so 80's, le new age, le vieux beau, le jeune moche aussi.

    J'ai même disserté lamborghini, Stephan Eicher, impétigo. Une adaptation à toute épreuve vous dis-je.

     

    Je vous épargne les interlocuteurs obnubilés par les zones érogènes, le Kamasutra, les orgasmes, les parties à trois... voire quatre si vous avez deux copines disponibles.

     

    Mais je dois vous dire que l'un d'eux a su me convaincre. D'abord de le rencontrer. Puis de l'apprécier. 

    Même de l'embrasser. 

     

    Voire de le garder.

     

    « 2011Shania Twain : The woman in me »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :