• Le placard aux merveilles

    Depuis quelques temps déjà - et il en faut, tant la tâche est grande - je suis en plein tri. Une sorte de nettoyage d'été en somme, qui risque même de goûter à l'automne.

    Déjà mono-maniaque des boîtes, je le deviens aussi des armoires, placards et autres gros trucs qui prennent de la place (que je n'ai pas) et qui coûtent des sous (que je n'ai plus).

    Autrement dit, les boîtes de rangement, c'était plus en adéquation avec moi. Mais je lutte les amis. Je résiste à l'appel de l'armoire à chaussures Ikéa . Pas peu fière que je suis.

    Bref, pourquoi cette obsession me direz vous ?

     

    Parce que depuis que j'ai décidé de ranger et de repenser ma façon de consommer, je constate que j'accumule. Pour preuve, j'ai réussi à dénicher de MON placard un imper rose bonbon improbable qui plus est, dix fois trop grand, que j'aurais sans nul doute renié, si ce maudit ceintre raccroché désespèrement à ma penderie ne m'en avait pas conféré la maternité. 

    Un électrochoc vous dis-je.

    Cependant, l'étiquette du prix y figurait encore, ce qui tempera le cri d'alerte de mon moi-profond de blogueuse hype. Ouf, je ne l'avais donc JAMAIS porté.

    Mais si mon honneur de fashion en herbe était sauvé, celui de consommatrice avertie était clairement en berne : " Hey-ho, tu te félicites d'avoir payé 35 £ - importée d'Angleterre la chose, preuve que j'avais dû la désirer ardemment - pour un truc jamais porté ! Non mais t'es teu-bé ou quoi ?! "

    (Oui ma conscience semble venir de la té-ci. Quelle racaille celle-là.)

     

    Et c'est mon GRAND problème. Je vois un truc, j'adore, je veux, j'achète. Et après...je ne porte pas. Pas que je n'aime plus, non non. Je ne suis pas si versatile tout de même. Laissez-lui trois mois.

    Mais c'est justement trop waow, immaculé, vierge. Ca sent encore l'acrylique neuf H&M, payé 19.90 €. 

    Je ne peux donc décemment pas l'enfiler comme ça. Il me faut le courtiser, le séduire, lui laisser du temps. Alors je l'accueille avec douceur dans mon chez moi, en souhaitant chaque matin le sentir contre ma peau, le faire mien.

    Jusqu'à ce que...je l'oublie. Oui la modeuse que je suis est volage, déjà happée par une nouvelle coupe, un nouveau tissu, une nouvelle étoffe... qui lui aussi aura droit à son rituel d'intronisation dans mon placard.

     

    Et alors même que le temps des préliminaires est passé, à l'instant d'en venir enfin au corps à corps ultime, je ne suis plus séduite. Je ne le désire plus.

    Ni les courbes, ni la couleur, ni le toucher. Je reste alors perplexe sur les raisons de cet attrait que j'éprouvais pour lui au début.

    Il n'aura été dans mon coeur que de passage, moi qui rêvais pourtant pour nous deux de l'éternité.

     

    C'en est tellement dommage toutes ces histoires ratées que parfois ça me rend triste.

    Tout ça pour quoi ? Ce petit bonheur caché comme un trésor....et finalement gardé désespèrement pour moi.

    Cette frénésie qui ne mêne à rien.

     

    Désormais, j'ai décidé de changer. Réellement, et je l'espère, durablement.

    J'achète ? Donc je porte.

    Et je stoppe le logique du " ce top serait canon avec un blazer ceintré dégradé corail, par ciel d'été oragé ". Puisque absurdes les achats qui en entraînent d'autres, d'autant que les dites conditions météorologiques ne se présenteront que trois fois l'an.

    Surtout que d'ici là, j'aurais oublié son existence à coup sûr, à ce top fabuleux.

     

    « Baby come back againLe Monde de Charlie »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Barquette 3 chatons
    Mardi 20 Septembre 2011 à 12:43

    Une astuce : organise un vide-dressing !! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :