• Des lendemains au rabais

    Je ne vous apprends rien si je vous dis que nous sommes en pleine période de soldes.

    C'est d'ailleurs, en cette fin de mois, pas réellement le Youplaboum sur mon compte en banque.

     

    Manière mesurée de dire que je suis fauchée, que si d'ici peu je ne m'auto régule pas j'aurais le loisir de goûter prochainement à la prison pour vol à l'étalage de Panzani. Je passe sur les autres joyeusetés envisageables comme quitter ma campagne pour arpenter le macadam, rue du Peuple Belge à Lille.

    La situation s'annonce critique. Je suis même à deux doigts de vendre mes ovules sur Internet pour financer l'indispensable : un sac absolument fabuleux vu sur Asos.

    Mais qu'y puis-je donc si la mode supplante dans mon coeur l'instinct maternel ?

     

    Je note à ce propos, après observation de sorties d'école,  que la maternité semble inconciliable avec le look, la lucidité, le bon sens. Enfanter mène à développer une abnégation à toute épreuve, quitte à arborer des colliers de nouilles autour du cou, à exposer les chefs d'oeuvre de la charmante progéniture dans le salon, à s'alimenter exclusivement de cordons bleus, à se taper des heures de Gulli.

    Ma théorie : il doit exister en chacune de nous cette potentielle fibre de la mama, qui s'active uniquement si notre utérus a servi de couchette lit première classe à de futurs mômes ingrats. ( Dieu merci, je n'en ai pas encore, il me reste un semblant d'objectivité. )

    Thèse non validée par les frères Bogdanov. Je conserve donc toutes mes chances qu'elle soit approuvée un jour par la communauté scientifique.

     

    Je me souviens avoir clamé au premier jour des soldes, à la vue des remises ne dépassant pas les - 5%, que je ne me coltinerais pas la foule malodorante pour gagner trois sous.

    Sauf que du coup le shopping online s'est, bien malgré moi, imposé comme une évidence. Par je ne sais quel hasard, je me suis donc retrouvée à l'aube, les yeux hagards, avec un panier rempli à mon nom sur le site de la Redoute. Même que j'ai, tel un automate, rempli mes numéros de carte bleu puis validé.

    Que voulez-vous, la force de l'habitude.

     

    Avec le recul  - bon d'accord surtout depuis que ma CB crie famine -  je réalise que je n'ai pas eu la souris mollassonne dans ma boulimie vestimentaire nocturne.

    En témoigne le regard effayé de la buraliste de mon relais colis quand j'ai récupéré ma cargaison, hissée avec grande peine jusqu'à la voiture.

    Je prends conscience aussi que la paire de UGG du pauvre, celle de la Redoute à 5 €, ne représentait pas réellement un impératif. 

     

    Surtout que je l'ai prise en rose.

     

    « Névroses chocolatéesUne faim en soi »

  • Commentaires

    1
    Manue2
    Jeudi 27 Janvier 2011 à 12:11

    Une photo!! Ben oui parce que moi je ne sais pas à quoi ça ressemble cette paire de UGG rose... :-)

    2
    Ju stepourtoi
    Jeudi 27 Janvier 2011 à 12:57

    Eh oui, c'est dramatique, je hais les soldes, elles sont là à nous narguer, à nous prévenir que l'étiquette remontera bientôt et que ce sera tant pis pour nous si on manque des affaires en or ! Et le pire dans tout ça, c'est qu'optimistes telles que nous sommes, nous nous réjouissons des économies réalisées au lieu de compter l'argent dépensé !!! Mais quand la trésorerie voit rouge, là on se dit que OOPS, on a peut-être un chouya exagéré... Mais allez, plaie d'argent n'est pas mortelle te diront les plus zens d'entre nous... Mouais... pas si sûr.... à méditer.... :-(


     


    Et puis ma puce, as-tu besoin de tant d'accessoires pour être sublime??!! (lol oui oui, les accessoires on adore ça !!!)

    3
    Vendredi 28 Janvier 2011 à 17:47

    @ Manue : pour toi, j'illustre en exclusivité mes propos dans l'article d'aujourd'hui ;)


    @ Ju : c'est pas comme si on avait des boucles d'oreilles par dizaine :p

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :